Festival de cannes

Aujourd'hui, un festival de cannes !

Bon, le jeu de mot est un peu facile, j'en conviens !

Juste une petite mise en lumière (et hop, un deuxième jeu de mot !) sur une mode lancée à la fin du XVIIIe siècle : les cannes silhouette.

A l'origine de ce petit post, une petite recherche sur un artiste entre ombre et lumière : Wade Kramm.

Et puis une oeuvre qui a fait résonner le grelot mémoriel de mon bonnet de nain de jardin :

Jeu de lumière Wade Kramm -Janus- autoportrait 2006.jpg

Un travail sur les ombres chinoises... Ou comment faire naître un visage à partir de superpositions de moulures anodines.

 L'idée n'est pas neuve, à la fin de la Révolution française, les royalistes avaient quelque peu de mal à étaler leurs opinions sur la place publique (doux euphémisme !). En guise de signes de reconnaissance, certains d'entre eux se sont mis à porter des cannes dont le pommeau, exposé à la lumière, projetait l'ombre du visage du roi défunt.

Jeu de lumière sur les cannes.jpg

D'après ce site : "Le livre d’Albert Lévy, Curiosités scientifiques, Paris, Hachette, 1880, évoque au chapitre des "jeux de lumière" les silhouettes obtenues en découpant dans un papier le profil d’une figure dont l’ombre est projetée sur un mur (...) : "Pendant la révolution de 1789, un grand nombre de royalistes portaient des cannes dont le bec, singulièrement découpé, donnait comme ombre le portrait de Louis XVI. Plus tard, sous la Restauration, les bonapartistes se servaient de cannes ou de cachets dont l’ombre reproduisait la silhouette de l’empereur. Les mauvaises langues ajoutent que c’était le même fabricant qui vendait, sous les différents régimes, le portrait du souverain qui venait de disparaître."

Après Louis XVI, ce fut donc Napoléon dont le visage fut immortalisé par de mystérieux pommeaux :

Jeu de lumière Claude Alain Saby 1815 les naufragés de l'Empire au Amériques.jpg
Extrait du livre d'Alain-Claude Saby, 1815, Les naufragés de l'Empire aux Amériques.
Jeu de lumière - Canne bonapartiste en ivoire tourné projetant en ombre portée le profil de l'Empereur. France milieu XIX°..jpg
Canne bonapartiste en ivoire.
******
Et voilà pour ma petite mise en lumière du jour. Amusant non ?

Commentaires

  • Ahhh, c'est fabuleux cette histoire d'ombres chinoises...
    De qui pourrait-on bien projeter l'ombre au jour d'aujourd'hui ??
    :-))

  • je ne connaissais pas et je trouve ça génial!

  • ouahh ... je ne savais pas ça , tu m'as fais faire une chouette découverte , par contre pour l'extrait du livre j'avais du mal à lire ....y me faudrait peut-être des lunettes !!!
    merci pour ton com .
    bises nat

  • Quel sacré boulot!! Les ombres ressemblent plus à des visages que les pommeaux eux-même, c'est fort!

  • La sculpture par Wade Kramm se tourne, et l'ombre a l'air d'ouvrir et fermer sa bouche. La silhouette est un portrait de M. Kramm. Je l'ai vu, et c'est tres bien fait.

Les commentaires sont fermés.