• NANA...

    ...Niversaire !

    Pas le mien, mais celui de Cécile, dont l'univers est juste à tomber par terre ! 

    anniblog_compl_tement_zinc_4  anniblog_compl_tement_zinc_5

    anniblog_compl_tement_zinc  anniblog_compl_tement_zinc_6

     C'est beau, harmonieux, et Cécile est adorable, alors... Allez voir, et faites vous plaisir !

    Complètement Zinc

  • N°28, un berlingot en rouge, encore !

    Une nouvelle création est venue s'ajouter à ma petite collection...

    N°28 2011-08 Sac pochon en patchwork

    Un petit pochon berlingot, composé entièrement de tissus anciens, avec un monogramme CB, comme "Couture et Broderie" sur le devant

    N°28 2011-08 Sac pochon en patchwork (5)

    Un modèle connu des patcheuses, interprété à ma façon, tout de rouge vêtu, comme un petit chaperon.

    N°28 2011-08 Sac pochon en patchwork (6)

    Tout moelleux dehors, et tout doux dedans, il est parfait pour accueillir bobines et aiguilles, ouvrages et en cours.

    N°28 2011-08 Sac pochon en patchwork (1)

     Bon, oui, je sais, je suis un peu obnubilée par le rouge en ce moment ! Et croyez moi, ça ne va pas s'arrêter là !

    N°28 2011-08 Sac pochon en patchwork (7)

    D'autres projets en cours, des boites et des sous-verres, de nouveaux petits univers.

    N°28 2011-08 Sac pochon en patchwork (3)

    Ce petit pochon à trouvé son numéro. Un n°28 pour un exemplaire unique...

    EN VENTE ICI

    Oui, j'ai écrit en rouge aussi :0)

  • Fraîcheur

    Une certaine froideur, certes.

    Ditte Isager 2.jpg

    Des bleus, contrastés, une part sombre.

    Ditte Isager 6.jpg

    Quelque chose de nordique, entre lumière et ombre.

    Ditte Isager 3.jpg

    De ces ciels du Nord aux accents froids et claquants.

    Ditte Isager 4.jpg

    Et pourtant, tant de poésie dans ce mordant...

    Ditte Isager 7.jpg

    Et de la chaleur aussi, beaucoup de coeur et de tendresse.

    Ditte Isager 5.jpg

    Une part de langueur, une forme de paresse.

    Ditte Isager 1.jpg

    DITTE ISAGER

  • 3,2,1 Bouclez !

    Connaissez vous les mots valises ? Les "portmanteauword" chers à Lewis Caroll.

    Un doux mélange, une salade de mots, et des définitions qui enrichissent.

    Quelques exemples :

    • adoléchiant : jeune personne au mauvais caractère
    • cerf-les-fesses : cervidé plutôt trouillard
    • chirurchien : celui qui chasse la lapindicite
    • homarylinmonroe : crustacé que certains aiment chaud
    • merdaille : une médaille dont le peu de valeur en fait un objet absolument quelconque
    • merdiateur : homme de médias faisant n'importe quoi
    • milichien : chien policier
    • poustache : moustache ayant poussé
    • primaturé : singe né avant terme
    • brugnole : brûler des bagnoles

    Rien à voir cependant avec la xyloglossie (ou langue de bois, en grec ancien), langage jubilatoire à la contraction rigolarde. Où comment reprendre nos racines pour créer de nouveaux arbres :

    • capillotracté : tiré par les cheveux.
    • colombophile : fan d'inspecteur américain à imper mastic, cigare et peugeot croulante
    • hyperthyrrhoïdien des Alpes : crétin
    • intraoculodigitalie : action de se fourrer de doigt dans l'oeil
    • Laetitiacata : de laetitia (joie) et cata (en bas), désigne un "mobilier" municipal de la République Française dont le haut a de quoi réjouir au moins la partie masculine de la population.
    • nanipabullophile : amateur de nain de jardin à brouette

    Celui-là était pour moi..

    Bon, et en objets, les mélanges, ça peut donner quoi ?

    Etagère valise 1.jpg

    Des étagères valises ?

    Etagères valise.jpg

    De merveilleuses empilations.

    Etagère valise 2.jpg

    De sublimes décorations.

    Aller, et pour ceux pour qui les valises, c'est du concret, du coffre à remplir, de la masse à traîner, du voyageur qui transpire et du vacancier bronzé...

    Courage !

  • Cogito Lego sum

    Lorsque je vois mon petit gars de 6 ans construire à tour de bras usines, éoliennes, moulins et autres mécanismes à hélices, je suis fière "comme un bar tabac", comme dirait l'autre.

    Ok, ma phrase est un peu bécasse...

    Il est évident que mon petit lapin ne pratique pas encore l'architecture en chambre, ne stocke pas les tuiles canal sous son lit et ne gâche pas du mortier dans le lavabo de la salle de bain.

    En revanche, il légote sec, il bricotte, empile, structure. L'incisive de sortie, histoire, malgré mes recommandations dentaires, de décapsuler mini truc et chose à engrenage. Petits doigts ancrés sur les briques, l'imagination marche au galop.

    Je ramène parfois de mes vide-greniers de nouvelles boites, histoire d'amplifier le stock, de multiplier les expériences. C'est qu'il faut le nourrir ce petit gars là...

    Alors quand j'ai vu les dernières créations du roi du plastique, j'ai un peu bondi !

    Du pur intello. Du qui fait plaisir à mon âme architecte.

    Du truc qui vous fait cogiter sur les formes, et jouer en cultivant ses généralités.

    Ca le fait non, dans une cour d'école, un petit minou qui vous sort d'un coup d'un seul "super, ce soir, je finis mon Franck Lloyd Wright "?

    Rien à faire, ça vous pose un lapinou.

    C'est chez LEGO, c'est intelligent, et c'est beau.

  • A star is born

    Aujourd'hui, nous recevons une star.

    La chouchoute de la maison (enfin, chut, ne lui dites pas, mais c'est l'UNE des chouchoutes, elle a plein de soeurs/mères/cousines cachées ça et là...)

    Et LA chouchoute, c'est...

    BARBIE !

    2011-08 Barbie.jpg

    Ouiiiii ! "Ze l'aime trop" a déclaré Miss Toutou, sa soeur aînée (ou mère, on ne sait jamais bien dans cette famille).

    2011-08 Barbie (3).jpg

    Miss Barbie, grande fille toute simple, pose aujourd'hui pour vous dans un petit ensemble créé par la mère de la soeur (ou de la mère). Vous me suivez ? Non ?

    Ben par moi quoi.

    2011-08 Barbie (1).jpg

    Encouragée, forcée, que je fus par ma petite caille multipare, qui, tombée sous le charme d'un bout de kimono posé négligemment sur le bord de ma table à couture, vint à me convaincre, que décidemment, la pose négligée ne convenait absolument pas à cette petite merveille de soie, et qu'une robe pour Barbie la transformerait de bon aloi.

    Et voilà comment de kimono, la chose fut transformée en robe du soir.

    Ajoutons une touche glamour à la tenue, en un petit diadème couturier emprunt de roses.

    2011-08 Barbie (2).jpg

    Et voilà la star...

    I'am a Barbie girl, in a Barbie world...

  • Lectures

    Alors, une fois n'est pas coutume, parlons un peu lecture...

    Non pas que je ne lis pas, je vis quasiment dans une bibliothèque...

    Mais le temps manque, hélas, pour lire ET commenter.

    Sauf que là...

    Y'a injustice. Y'a problème. Y'a maldonne !

    Je dois sortir mon bâton de pélerin du livre mal jugé, de la mauvaise case, du truc mal rangé.

    Bon, j'imagine que tout comme moi, vous avez lu le "Da Vinci Code" de Dan Brown ?

    Une belle intrigue, un rythme haletant, mais un fin plutôt youp la boom, assez peu crédible faut dire. Tirée par les cheveux, comme dirait Marie-Madeleine. Et depuis, sur les traces du bouquin, un culte, une adoration...Bon.

    Dans la foulée du Da Vinci, les éditeurs ont sorti de leurs placards toutes sortes de romans historico-ésoterico-policier dont j'avoue, je suis assez friande !

    Assez peu tiennent la route quand même, il faut le dire. Quelques uns tirent leur épingle du jeu néanmoins.

    Jusqu'à il y a 1 mois.

    Date funeste, où, me promenant dans les allées d'un Emmaüs embouquiné, je sortis à tout hasard, du haut d'un placard, un bouquin à "couverture à chier", mais dont le titre m'attira l'oeil.

    James Rollins 2.jpg

    Je vous explique.

    Le bouquin "à couverture à chier", c'est le livre à qui on a donné une couverture qui pourrait aller à n'importe qui. Un truc ésotérique, avec des couleurs criardes, hérité, il faut le dire, des goûts parfois cabinesques de nos amis américains, dont les éditeurs français affublent maintenant toute chose à lire classée dans les "passera pas l'hiver". De la littérature pour jeun's à vocation médiévalo-chevaleresque à la saga australienne à famille maudite, et vas-y que je te colle une couverture bariolée, maquillée comme une voiture volée. Faut croire que le multicolore fait vendre...

    Bref, depuis quelques années, pour séparer le bon grain de l'ivraie, la couverture ne sert plus à rien.

    Qui sait ? Maintenant, sous le criard, peut se cacher un Barbara Cartland remasteurisé ou un thriller à frissonner. Au choix, comme les bonbecs d'Harry Potter, ou la boite de chocolat de Forest Gump on ne sait jamais ce sur quoi on va tomber...

     Je pris donc l'objet, attirée par le titre, et le tendis à mon cher et tendre, en lui disant "tiens, ça pourrait être pas mal...". Point de scrupules pour les sous, à 50 centimes l'ouvrage, on peut jouer les critiques littéraires aux petits pieds sans avoir la pointure...

    Mon amoureux lu la chose à vitesse TGV, et d'un air canaille me tendit l'objet : "tu vas voir"...

    Ahhh, j'ai vu ! J'ai lu, hypnotisée, embarquée, pourchassée, tétanisée.

    OUF !

    Dan Brown, à côté, c'est de la roupie de sansonnet, du pipi de chat, du pas croyable et du juste crédible.

    Du coup, j'ai foncé chez mon libraire (le vrai, pas le monsieur de la récup), et j'ai commandé deux autres opus du même auteur.

    James Rollins 1.jpg

    Encore deux belles couvertures immondes.

    James Rollins 3.jpg

    J'en sors tout juste.

    Essouflée, haletante, interloquée, questionnée.

    Les intrigues sont bien menées, les personnages cadrés, l'action incroyable. Et surtout, l'histoire en est crédible. Basée sur des faits historiques, des recherches scientifiques. On ressort de ces livres là comme sortis de space mountain, faut un peu de temps pour s'en remettre !

    Alors bon, la psychologie des personnages y est minimaliste et on y tue à tour de bras. Aucune subtilité de ce côté là.

    Mais côté intrigue et action, c'est de la balle ! Chaque livre est un James Bond, un Indiana Jones, un film en puissance.

    Alors si il vous reste quelques jours de vacances, avec l'envie de plonger dans une intrigue à faire oublier la rentrée, courrez acheter ces livres à couvertures à chier.

    Il y a parfois des trésors sous le laid !

  • Timelapse-Colapse

    Lorsque de la magie d'un appareil photo naissent les lumières de la ville, le poétiquement beau s'insille...

    LA Light from Colin Rich on Vimeo.

    A voir EN GRAND

    Pour se sentir parfois si petits...

    A Day in California from Ryan Killackey on Vimeo.

    Timelapse - The City Limits from Dominic on Vimeo

    Bons voyages ! 

  • Embouquinés

    Lorsque lire ne suffit pas.

    hokeystokes 1.jpg

    Que l'oeil demande à accompagner l'esprit.

    hokeystokes 4.jpg

    Que les images se supperposent aux mots.

    Que l'artiste pense en ciseaux.

    hokeystokes 10.jpg

    Que les doigts ne demandent qu'à s'affairer.

    hokeystokes 7.jpg

    Les livres alors se muent en tableaux.

    hokeystokes 6.jpg

    Ouverts sur des univers nouveaux.

    hokeystokes 9.jpg

    La connaissance rejoint le poids des mots.

    hokeystokes 8.jpg

    La parole rejoint l'oeil en régalade.

    hokeystokes 5.jpg

    La carte du tendre se dessine en papier.

    hokeystokes 3.jpg

    Et de l'encyclopédie naît l'art, l'envie.

    HOKEYSTOKES

  • Stamp on the spoon

    Où l'art de la petite cuillère.

    Monkeys Always Look 1.jpg

    Une forme d'écrasement certes, mais au profit d'une belle matière.

    Monkeys Always Look 5.jpg

    D'inscriptions botaniques, de petits messages énigmatiques.

    Monkeys Always Look 3.jpg

    Et ce qui est bon pour pour les cuillères l'est aussi pour les autres couverts.

    Monkeys Always Look 2.jpg

    Monkeys Always look

    (Et ils ont bien raison, c'est beau un couvert estampé !)

  • Chemise(s)

    Petite transformation du jour...

    Prenez une chemison, un beau, un magnifique.

    2011-06 Chemise blanche (1).JPG

    De taille modeste, pour une demoiselle de maison, point de donzelle athlétique.

    La belle chose est née dans les années 1900, de l'alliance d'une couturière hors pair et d'une brodeuse amoureuse.

    Le temps est cependant passé par là, et des manches il ne restait qu'un amas.

    Broderies effilochées et autres misères couturières..

    Autant reprendre la chose, modifier la bête. Sans pour autant lui faire la fête.

    Oser couper, repriser, retailler.

    2011-06 Chemise blanche transformée (1).jpg

    Utiliser comme patron la petite tunique qui a vu grandir ma grand-mère. Si astucieusement faite pour grandir avec sa propriétaire.

    2011-06 Chemise blanche transformée.jpg

    Et donner une nouvelle vie à cette petite chose jolie !

  • La langue fleurie des lagunes endormies...

    Parce que se faire du bien ne nuit pas.

    Parce qu'en toute couturière passionnée sommeille souvent une bleuette amoureuse des étoffes.

    Parce que je sais pas vous, mais moi, jeter un bout de tissu, c'est juste de l'ordre du pas possible.

    Ou alors, il faut qu'il soit vraiment mini mini...

    ***

    Ca doit être ma part kouign amann, un côté pêche raisonnée en fait, on rejette à l'eau le trop petit, celui qui n'est pas utilisable.

    ...Ahhh, si certains tissus pouvaient repousser une fois rejetés....

    Vous imaginez les champs de toile de Jouy du XVIIIe ondulant sous la houle ? Ou des filets d'indiennes indigo bercées par les marées... Les couturières partant à la pêche aux idées. Des générations de dames patroneuses, toute de toile à beurre vêtues se retrouvant le soir à la criée pour vendre leurs récoltes de coton sergé... Les monogrammeuses triées sur le volet, telles des brodeuses de mots, remontant des initiales au bout de leurs pelotes...

    Ouh là, la Bretagne me manque là, je m'égare de l'Ouest...

    Flowers14IMG_9130.jpg

    Trève de chants marins et autres sonorités bretonnantes.

    Aujourd'hui, pour parler récupération et super utilisation, à défaut de vagues marines aux belles humeurs, je vous offre quelques fleurs...

    Flowers15IMG_9117.jpg

    Et surtout le TUTO qui va avec !

    Flowers17IMG_9104.jpg

    Aller pêcher chez Snow Bliss, tout est expliqué !

  • De quoi s'occuper les mains

    Ou occuper celles des autres !

    Bon, je sais, cette petite note arrive alors que le temps semble se stabiliser un peu vers le beau...

    Mais si je vous dis que les mois de septembre et octobre vont être magiques, vous me croyez ? Si, si, comme les mois d'avril et de mai l'année prochaine.

    Non, non, point de madame soleil chez les nain, ou de boules de cristal spatiaux-temporelles. Juste un flair de nain, une histoire qui change, un truc qui varie.

    Bon, mais je m'égare là, où en étions-nous ? Ah, oui, à ce qui peut occuper les mains des nains quand la pluie arrose le jardin...

    PAPER TOYS ART

    Alors, le site étant quelque peu "burné", j'ai cru qu'il avait été créé par un garçon... Et bien que nenni, Laure, bien que geek, est une fille.

    Nannnn?

    Si si, on peut être une fille et n'avoir pas forcément envie d'exposer dans sa galerie que des petites maisons dans la prairie. Quoi que...

    1- 344petite-maison.jpg

    Mais entre deux pizza dégoulinantes (aïe, mon clavier !), 3 vampires sanguinolant, de multiples Bob l'éponge et autres Bart Simpson vengeurs, de belles et bonnes idées en papier.

    1- 243pomeranian.jpg

    Et en bon geek qui se respecte, la dame est plus que partageuse, cool girl !

    papier découpé

    (Ouh là là, où je vais moi, je m'égare, y'a de l'écho, je ne vois plus rien, rhhaaa ! Je viens de rentrer dans mon ordi, HELP !)

    papier découpé

    Ohhh, Totoro... Ca va toi ?

  • Jean Sonnet

    Pas de la roupie non...

    artiste, cabinet de curiosités

    De la roupie ? Sans son nez ?

    artiste, cabinet de curiosités

    Non, non, reprenons.

    artiste, cabinet de curiosités

    Parce que l'idée est belle, oui mademoiselle.

    artiste, cabinet de curiosités

    Une planche à laver (ou un tiroir, allez savoir).

    artiste, cabinet de curiosités

    Et puis de la curiosité, plein plein. Et des petits riens.

    artiste, cabinet de curiosités

    Pour un résultat plein, beau, imaginatif.

    Et de la poésie, rien de fictif.

    artiste, cabinet de curiosités

    Les objets y sont à la fête, en fait.

    artiste, cabinet de curiosités

    Bien loin la roupie ce Jean Sonnet...

  • N°41 et la vie en rose

    Petite armoire de poupée 

    Boite à couture

    N°41

    2011-08 N°41 Armoire en roses 

    Dans l'atelier, les idées fusent, et les projets s'infusent.

    2011-08 N°41 Armoire en roses (4) 

    La dernière idée ? Une petite armoire de poupée, toute de roses habillée. 

    2011-08 N°41 Armoire en roses (3)

    Une jouet pour petit. Et pour grande aussi...

    2011-08 N°41 Armoire en roses (1)

    Petits trésors chinés en harmonie de roses

     2011-08 N°41 Armoire en roses (6)

    Entre cyclamen, broderies et bois de rose.

    2011-08 N°41 Armoire en roses (7)

    Et une petite ARI mini mini. Rose aussi.

    2011-08 N°41 Armoire en roses (2)

    Belle journée dames et demoiselles fleuries !

  • Palettes

    La palette est un truc aimé de dame nain.

    Allez savoir pourquoi, encore une fois.

    Sur le fond, sans doute une histoire de compassion.

    Entre la "pataire" de mon enfance et la glaneuse des coins de rue.

    Redonner sa chance, remettre dans le flux.

    Je n'aime pas les choses abandonnées, j'adopte à la vitesse grand V.

    "Au cas où", on sait jamais.

    Alors quand à cette part d'adopteuse compassionnée, s'ajoute mon hortésie adorée.

    C'est le pied !

    Regardez ce que l'on peut faire avec une palette toute bête.

    Palette 1.jpg

    Un petit jardin de trottoir. Un bout de rêve en promontoire.

    Palette 3.jpg

    Mille fois moins encombrant qu'un pot. Et carrément franchement beau.

    Palette 2.jpg

    J'adopte !

    Et j'adopte aussi la traduction française

    (Merci qui ? Merci Bertrand !)

  • Rouge !

    Alors, alors, ...

    Hier, je posais la question du rouge dans les ouvrages de dames.

    Et aujourd'hui, j'ai la réponse !

    Enfin plutôt Annie à la réponse : "Le rouge c'est une histoire de teinture.jusqu'au XVIII° siècle ce n'est que dans le rouge que la teinture occidentale obtenait les meilleurs résultats, avec des couleurs vives, stables et diversifiées.C'était aussi la couleur du luxe et de la fête:jusqu'au XIX° siècle, une femme du monde rural se marie en rouge.c'est donc la première couleur avec laquelle la jeune fille marquait son linge pour son futur mariage, son trousseau.C'est pourquoi le Rhin devenait rouge lors des grandes teinture de fil.Ce que rappelle la marque actuelle Rouge du Rhin.C'est d'ailleurs pour le rouge 666 la couleur que DMC écoule le plus et qui est parfois en rupture. Bon j'arrête là.Je pense que tu pourrais trouver plus chez Michel Pastoureau qui écrit si bien sur les couleurs!ou Colette Guillemard."

    Merci Annie, chercheuse de génie !

    Bon, et comme la curiosité n'est pas le moindre de mes défauts, je suis allée grabotter dans la bibliographie de Michel Pastoureau.

    Rouge 1.jpg

    Passionnant !

    Rouge 2.jpg

    Alors si l'histoire des couleurs vous rend gaga, allez voir sur Gallica (oui, la rime n'est pas d'une richesse phénoménale, mais allez chercher des rimes finissant par ca... Non, non, pas celle là, je vous vois venir !)

    Rouge 3.jpg

    Et puis les illustrations sont à tomber, alors...

    Rouge 4.jpg

    Allez courrez, c'est LA !

     Bon, et puis comme je suis en plein dedans, ma petite contribution à moi.

    Rouge 7.jpg

    Bonne journée mesdames !

    Anne

  • Rouge ! N°39

    Une petite nouveauté ?

    N°39 - 2011-08 sac patchwork rouge (5).jpg

    Un sac à ouvrage en rouge...

    N°39 - 2011-08 sac patchwork rouge (6).jpg

    Allez savoir pourquoi cette couleur se trouve au coeur des ouvrages de dames ?

    Je l'ignore, si vous avez la réponse, je suis preneuse...

    N°39 - 2011-08 sac patchwork rouge (7).jpg

    En attendant, je me suis bien amusée à faire ce petit sac moi...

    N°39 - 2011-08 sac patchwork rouge (3).jpg

    Certaines d'entre vous en connaissent le modèle, version crochet. Mais vous savez mes envies d'ailleurs, alors chez moi, il est en patchwork, et à petits pois...

    N°39 - 2011-08 sac patchwork rouge (4).jpg

    Et ma fois, le résultat me plaît plus que beaucoup !

  • cicatrices

    Il est de ces petites choses, qui, quand on les croise, retiennent le regard, attirent l'oeil, aiguisent la curiosité.

    Il y a quelques temps, je suis allée chiner. Rien que de très courant chez dame nain, pour qui la chine est un art, voire un sport. Une addiction ? Hummm... Non, quand même, mais pas loin.

    Et là, échouée sur le bord d'un camion. Maltraitée, usée, mitée, reconvertie en sac d'emballage.

    Un vilaine petite chose, machurée, tâchée. Un de ces trésors qui font penser aux minots d'avant-guerre, aux joues salies, hargneuses, rebondies. La chemise usée, reprisée, l'oeil entre défi et pétillement. Au "si j'aurais su, j'aurais pas venu" du petit Gibus de la guerre des boutons.

    Un je ne sais quoi aussi d'Ernest et Célestine, de tendresse, de longues heures de patience penché sur l'aiguille, de feu de bois, de bougies, de semi-obsurité.

    Ernest et Célestine.jpg

    Entre plaid et boutis.

    2011-08 courtepointe .jpg

    Voilà mon machuré.

    2011-08 courtepointe (1).jpg

    Mon tout bouilli.

    2011-08 courtepointe (2).jpg

    Mon tout sali

    2011-08 Courtepointe (7).jpg

    Le monsieur du camion me l'a laissé.

    Alors je l'ai adopté. Je ne pouvais pas ne pas l'emporter.

    Je suis repartie avec, sous le bras, cette chose blessée, travaillée, meurtrie ; avec l'impression d'avoir trouvé un trésor.

    cartier-bresson01.jpg

    Et puis j'ai sorti l'artillerie. La lourde, pas la gentillette des années 1950, non, non. Celle de ces indiennes du XVIIIe, celle de ces toiles jubilatoires du siècle des lumières. Celles qui ont vu naître le pastel et l'indigo, les premières toiles de Nîmes, devenues "denim".

    2011-08 courtepointe (3).jpg

    Quelques bouts de trésors plus que centenaires précieusement conservés, au cas où.

    Au cas où il faudrait redonner un peu d'âme, retravailler la chose, repriser, pour re-priser. Re-donner à voir, à aimer et à croire.

    Que même le plus galeux des petits chiens de chine peut, avec un peu d'amour et d'attention, retrouver son lustre et déclencher des passions.

    2011-08 courtepointe (4).jpg

    Je commence tout juste à cicatriser la chose...

  • Ailleurs...

    Au gré d'une escapade avignonnaise, une boutique, longtemps souhaitée.

    Croisée au fil d'un lien virtuel et depuis quelques temps déjà présentée.

    Et puis, au gré d'un chantier, et d'une conférence à donner.

    Une petite halte. Juste quelques minutes. Le temps de s'imprègner.

    2011-12 Vox Populi Avignon (7).JPG

    De s'y plonger, d'immerger dans cette bulle de temps arrêté.

    2011-12 Vox Populi Avignon (15).JPG

    Une pause entre envie et flannerie.

    2011-12 Vox Populi Avignon (33).JPG

    Une parenthèse entre magie et imagerie.

    2011-12 Vox Populi Avignon (59).JPG

    Un lieu de poésie où le mystère croise le sublime.

    2011-12 Vox Populi Avignon (38).JPG

    Un atelier ou l'art croise la patine.

    2011-12 Vox Populi Avignon (6).JPG

    Sa beauté y donne soif, la gorge s'y assèche.

    2011-12 Vox Populi Avignon (61).JPG

    Tels de petits poème flottés, les idées y partent à la pêche.

    2011-12 Vox Populi Avignon (19).JPG

    Alors on pense...

    2011-12 Vox Populi Avignon (13).JPG

    VOX POPULI

    17 rue Thiers

    Avignon